Présentation générale de l'assurance-vie


Les bases de l'assurance vie sont plutôt simples : il s'agit d'alimenter un contrat en fonction de ses propres capacités financières. Ainsi, par le moyen de versements prédéterminés ou volontaires, l'assuré peut verser des sommes qui pourront soit lui servir dans une éventualité donnée ou être redistribuées en cas de décès, toujours selon les clauses stipulées au contrat.

Quatre grands acteurs entrent en compte dans le fonctionnement de l'assurance vie :

  • L'assureur : celui qui émet le contrat d'assurance.
  • L'assuré : la personne sur laquelle porte l'assurance, qui présente le risque.
  • Le souscripteur : celui qui engage l'assurance en y effectuant les versements et qui détermine qui seront les bénéficiaires. C'est sa signature qui figurera au contrat.
  • Le bénéficiaire : celui, désigné par le souscripteur, qui bénéficiera de l'assurance (enfants, conjoint, membre de la famille, ami, etc.). Selon les contrats toutefois, le bénéficiaire peut aussi être l'assuré et le souscripteur. (Voir la section suivante pour plus d'informations sur les bénéficiaires).

Types d'assurance vie en détail

Trois types d'assurance vie sont proposés :

L'assurance en cas de vie

Ce type d'assurance garantit à l'assuré le versement du capital cumulé sous forme de rente viagère ou en un seul versement à échéance du contrat, si toutefois l'assuré n'est pas décédé. Si l'assuré décède avant date d'échéance, c'est l'assureur qui conserve les primes. En revanche, il est possible d'ajouter une clause de contre-assurance au contrat et de nommer un bénéficiaire donné. Si tel est le cas, le bénéficiaire héritera alors du capital.

L'assurance en cas de décès

  • Assurance temporaire décès : L'assurance temporaire décès permettra le versement du capital ou des primes à un bénéficiaire si l'assuré décède avant la date prévue au contrat. Le cas échéant, le capital ne sera pas versé et l'assureur conserve le capital, à moins qu'une clause de contre-assurance ne figure au contrat (si tel est le cas, un bénéficiaire donné héritera du capital).

  • Assurance vie entière : Il s'agit d'un principe similaire à celui de l'assurance temporaire décès, sauf qu'aucune date de décès ou d'échéance n'est fixée au contrat. Le ou les bénéficiaires recevront donc le capital versé lors du décès de l'assuré.

  • Assurance rente-éducation : Ce type d'assurance épouse un principe similaire, encore une fois, à l'assurance temporaire décès sauf que le capital cumulé sera versé sous forme de rentes mensuelles aux enfants selon des critères établis au contrat (âge maximal ou durée des études, par exemple).

Assurance mixte

L'assurance mixte est une combinaison des deux types d'assurance précédents. Le capital pourra donc être versé après une date d'échéance fixée au contrat (si l'assuré est toujours en vie à la date entendue) ou encore, versé au décès de l'assuré dans la mesure où le décès se produit avant une date déterminée et stipulée au contrat. Il est aussi possible d'ajouter la clause de contre-assurance, si elle ne fait pas déjà partie du contrat. Il vous est conseillé de vérifier auprès de votre assureur.

 

Les frais relatifs à l'assurance vie


Les frais découlant de l'assurance vie sont généralement semblables, mais ne doivent néanmoins pas être pris à la légère. Ces derniers ont en effet une incidence directe sur le capital cumulé sur la durée du contrat et pourraient donc l'influencer à la baisse. Parmi ces frais :

  • Frais d'entrée ou de versement : Généralement un pourcentage appliqué sur l'ensemble des versements ou à l'ouverture du contrat.

  • Frais d'ouverture de dossier : Frais payables une seule fois lors de l'ouverture du dossier d'assurance vie. À noter que ces frais ne sont pas exigibles par tous les assureurs.

  • Frais d'arbitrage entre les fonds d'une assurance vie : L'on nomme « arbitrage » l'action de transférer des parts d'un support à l'autre. Il va sans dire que l'arbitrage ne s'applique qu'aux contrats multisupports. Ces frais sont généralement calculés sur les sommes transférées, et ce, sous forme de pourcentage. Le plus souvent, l'assureur propose des frais fixes selon les opérations effectuées au contrat, une espèce de frais d'opération, en somme.

  • Frais de gestion : Frais de gestion applicables sur certains types de support (fond en euros, unité de compte : supports de plus en plus rares et souvent encourus antérieurement) et généralement prélevés annuellement (31 décembre) en ce qui a trait au fonds en euros. Les frais de gestion sur unités de compte sont pour leur part fixés selon le nombre de parts contractées.